Site officiel de l'Office de Tourisme
Accueil >
Sites, monuments et ouvrages
Sites, monuments et ouvrages
Trésors cachés. Site du Souvenir. Tout le Patrimoine.
Histoire vraie et légendes
Histoire vraie et légendes
Historique de Pamiers. Armoiries. Légendes.
Personnages célèbres, insolites
Personnages célèbres, insolites
Enfants de Pamiers... de la grande à la petite histoire.
Balades thématiques
Balades thématiques
Sentiers d'interprétation. Sentiers pédagogiques.
Visites guidées
Visites guidées
Ville de Pamiers. Carmel. Visites nocturnes estivales.
Artistes et vie culturelle
Artistes et vie culturelle
Artistes. Agenda. Associations et lieux culturels.
Artisans d'art
Artisans d'art
Un savoir-faire authentique et unique

Personnages célèbres

 

 


Gabriel Fauré (1845-1924)

Compositeur et musicien

Gabriel Fauré est né à Pamiers, le 12 mai 1845. Précocement doué pour la musique, il est inscrit dès l’âge de 9 ans comme pensionnaire de l’école Niedermeyer, à Paris (1854 à 1865). Nommé organiste à Rennes, puis à Paris dans diverses églises, il succède, en 1896, à son maître Camille Saint-Saëns à la tribune de la Madeleine. Mais il est aussi un pianiste de qualité, très apprécié dans les milieux artistiques et les salons Parisiens. A partir de 1905, il est officiellement reconnu comme l’un de nos plus grands musiciens. Il est nommé Directeur du Conservatoire (1905-1920). Dans sa riche production il faut retenir l’œuvre pour piano, la musique de chambre, un opéra, d’admirables mélodies dont il est l’un des maîtres et évidemment le célèbre Requiem. Homme de pudeur, de réserve et de mesure, il recherche dans sa musique, non les effets grandioses et pittoresques, mais l’expression de sentiments profonds et de riches méditations. Depuis 1995, Pamiers rend hommage, par un festival annuel, à ce grand musicien resté fidèle à la mémoire de son Pays natal.
     

 

 


Théophile Delcassé (1852-1923)

Ministre des Affaires Etrangères

Théophile Delcassé est né à Pamiers le 1er mars 1852. En 1870 il obtient le diplôme de bachelier Es Lettres et sa licence en 1874. Il a été successivement sous-secrétaire d’Etat, ministre des Colonies, ministre des Affaires Étrangères (1898-1905). Il faut mettre à son actif l’Alliance Franco-Russe, Franco-Italienne, l’Entente cordiale avec la Grande Bretagne et plus tard l’Alliance avec les Américains (favorisant le débarquement de ces derniers dans le courant de la guerre 1914/18).
     

 

 


Claire Lacombe

Fondatrice de la Société des Républicaines Révolutionnaires

Claire Lacombe est née à Pamiers le 4 mai 1765. Avant la Révolution elle était actrice. En 1792 elle monte à Paris, et se rapproche du parti des " Enragés " (les plus extrèmes des " sans-culottes ") elle participe à l'assaut des Tuileries ce qui lui valut une couronne civique. En 1793, elle fonde avec Pauline Léon la Société des Républicaines Révolutionnaires (exclusivement féminine et très engagée sur le plan social). En août, de cette même année, elle établie une pétition pour la destitution de tous les nobles de l'armée et une épuration du gouvernement.
Pendant la Révolution le combat est interdit aux femmes, Claire Lacombe ainsi que 300 autres femmes réclament le droit de s'armer, on le leur refuse et leur demande plutôt d'inciter les hommes à le faire par le biais de leur charme. Il leur est alors également impossible d'accéder au statut de sujet pensant.
Le 7 octobre, elle osa dénoncer devant l'Assemblée Nationale, l'oppression dont les femmes étaient victimes et ajouta : " Nos droits sont ceux du peuple, et si l'on nous opprime, nous saurons opposer la résistance à l'oppression ".
     

 

 


Marc Alexis Guillaume Vadier (1736-1828)

Conventionnel

Marc Alexis Guillaume Vadier est né à Pamiers, le 17 juillet 1736.
A l’âge de cinquante trois ans il est député aux Etats généraux. Il commence tard une carrière politique qui va faire de lui un acteur important du grand drame révolutionnaire. Conseiller au Présidial, il s’est fait connaître en défendant des causes populaires.

 

 

Personnages insolites

 

 
La Bellilote et le Général Bonaparte

Pauline Fourès née Bellisle dite " La Bellilote " est née à Pamiers le 15 mars 1778. Romancière, peintre et musicienne, d’un tempérament frivole, elle fut l’une des favorites du général Bonaparte pendant la campagne d’Egypte. Il se dit que le général, très amoureux, pensa un instant répudier Joséphine pour épouser Pauline. Mais le destin veille, Bonaparte est appelé en Italie et part pour deux mois oubliant Pauline qui ne sera jamais impératrice.
     

 

 
Le coiffeur de la Reine Marie-Antoinette

Jean-François Autier, dit  " Léonard ", né en 1758 à Pamiers, est un perruquier devenu coiffeur de la Reine Marie-Antoinette.
C’est en effet à Léonard que l’on doit ces gigantesques coiffures de femmes, hautes de deux pieds et compliquées d’accessoires hétéroclites, soutenues par une armature de fils d’acier.
Il donnait à ses créations des noms loufoques : " poufs ", " toquets en lubie ", " valgalas "...
Très demandé, Léonard coiffa de la sorte toutes les Parisiennes " du grand monde " de 1788 à 1792.
     

 

 

 

 

 

 

 

 

Pianiste, muse de compositeurs célèbres

Caroline Montigny-Rémaury, pianiste virtuose, est née à Pamiers le 22 janvier 1843. Elle fut une inspiratrice pour beaucoup de compositeurs et se vit souvent dédier des œuvres, par Pierné, Fauré ou Saint-Saëns, ce dernier lui écrivit ses Etudes pour la main gauche seule, opus 135, car elle s’était blessée à la main droite et ne jouait plus que d’une main.

 

 

Pour la petite histoire

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Marcel Pagnol professeur au Collège

En septembre 1917, au Collège des Jésuites de Pamiers, Marcel Pagnol remplace un professeur mobilisé, avec le titre de délégué de Lettres-anglais, il y restera jusqu’en mai 1919, date à laquelle il est nommé au Lycée d’Aix en Provence.
     

 

Château de Bonnac.

 

 

Le petit-fils de Jean de La Fontaine

Charles Louis de La Fontaine, s’installe à Pamiers après son mariage le 9 novembre 1751 avec Antoinette Le Mercier. Le marquis de Bonnac lui aurait confié, en 1746, la gestion de ses affaires et en aurait fait son secrétaire d’ambassade en Hollande. Il meurt à Pamiers le 14 novembre 1757.